L’appropriation artistique – l’art de « qu’est-ce que l’art? »

Vous avez peut-être déjà entendu cette histoire: un photographe appelé Richard Prince a réussi à vendre une photo appelée Sans Titre (Cowboy) pour la somme de 1,2 millions de dollars. Bien que ce genre de choses soient fréquentes dans le milieu artistique, ce qui est intéressant dans tout cela est que la photo en question était en fait une photo de photo – Prince avait pris une photo d’une publicité Malboro, avec son fameux cowboy se tenant fièrement sur son cheval, regardant au loin avec virilité, et menant son cheval dans le soleil couchant; mais finalement il avait recadré la photo en supprimant la publicité écrite et l’avait présentée comme son propre travail, la vendant beaucoup plus chère que ce que la photo originale avait pu être payée pour la mise en scène, la prise de la photo etc.

Sans titre (cowboy) et la photo originale

Bienvenue dans le monde de “L’Appropriation artistique”. L’appropriation artistique est l’acte de prendre quelque chose, quoi que ce soit et d’ensuite le dé puis re contextualiser en quelque chose d’autre- artistiquement. Habituellement, il s’agit d’un acte au service de la discussion de la nature de l’art, de ce qui fait que quelque chose est artistique, et comment cela fonctionne. Par exemple, Sans titre (cowboy) est une copie d’une copie de l’image d’un mythe, et toutes ces choses existent sous forme d’idées dans l’esprit du public – le travail de Prince nous force à nous demander ce que nous sommes vraiment en train de regarder.

Bien que le travail de Prince soit un des plus flagrants, il ne s’agit pas de la seule forme d’appropriation artistique. La plupart des artistes de l’appropriation travaillent à modifier l’œuvre de base, ce qui aide à recontextualiser l’objet, le rendant assez différent pour le dissocier de la base et en faire une pièce à part entière même aux yeux des plus critiques. Une des premières oeuvres d’appropriation est  l’Objet (déjeuner en fourrure) – un ensemble constitué d’une soucoupe à thé, d’une tasse de thé et d’une cuillère couverte de fourrure; cette pièce fait référence à la connexion existante entre le décorum féminin et les normes ainsi que la sexualité féminine en associant deux objets qui se fétichisent. Le nouveau contexte des objets, rassemblé par l’art, force le spectateur à réfléchir aux objets de base et à leur signification.

Objet (Déjeuner en fourrure)

L’honneur de l’œuvre d’appropriation la plus connue revient sans doute à la Fontaine de Marcel Duchamp – un urinoir en porcelaine signée “R. Mutt” d’un côté. Pour beaucoup, cette œuvre représente l’art moderne et son côté frivole, surréaliste et intelligible. De manière assez ironique ceux qui clament qu’il ne s’agit pas d’art en font de l’art- puisque la discussion concernant la nature de l’art est habituellement le type de but recherché par cette forme d’art, et prendre position concernant la nature de l’œuvre signifie qu’il y a discussion et que l’objet en est la source, en faisant une puissante œuvre.

Une capture d’écran d’une page de Wikipédia  affichant une copie d’une œuvre licensiée. Est-ce de l’art.?